Une maison d’architecte à Los Angeles

Les architectes ont leur propre langue. Ils parlent de l’espace en des termes qui peuvent sembler ésotériques, voire cabalistiques à des non initiés, la délimitation des concepts insaisissables tels que l’échelle, la proportion et l’équilibre. Les murs ne sont pas seulement les murs, ils sont des membranes ou des peaux . Les portes coulissantes sont des limites perméables.  Et dans le cas de cette étonnante maison d’architecte moderne conçue par Michael B. Lehrer  dans une enclave ouest de Los Angeles, les sols deviennent l’occasion d’une méditation sur la «planéité», comme il le dit, et les miroirs sont un moyen de «dématérialisation ce qui est solide et ce qui est de l’espace.  »

 An architect house in Los Angeles

Architects have their own language. They speak about space in terms that may seem arcane or even cabalistic to nonpractitioners, delineating elusive concepts such as scale, proportion, and balance. Walls are not merely walls, they are membranes or skins. Sliding doors are permeable boundaries. And in the case of a striking modern house that architect Michael B Lehrer designed in a West Los Angeles enclave, floors become an opportunity for a meditation on “flatness,” as he puts it, and mirrors are a means of “dematerializing what is solid and what is space.”

 

source : Architectural Digest

Vous aimerez aussi - You may also like

3
Poster un Commentaire

avatar
3 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
3 Comment authors
Ann CatMariyanadine Recent comment authors
  Subscribe  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
nadine
Invité

Démesurée à mon goût mais spectaculaire cette impression de sérénité et oui, le dedans-dehors y est très bien exploité.

Mariya
Invité

I like the upper hidden daylight going inside! Very nice bright house

Ann Cat
Invité

La partie bois/rouge ne semble pas être de la même maison.