Une rénovation fifties à Los Angeles

Mark ,  architecte paysagiste formé à Harvard, a acheté la maison de ses rêves, une petite villa des années 50 de style moderniste, à Bel Air, un quartier de Los Angeles entouré de verdure , avec une vue panoramique sur le Getty Center  et l’océan Pacifique à proximité. Un défi qui l’a amené à relire l’architecture de cette période et l’a amené vers une restauration très attentive et respectueuse du style original. «Je ne suis pas d’accord avec le choix de mes voisins qui détruisent les maisons anciennes pour faire place à de nouvelles maisons remplies de pièces qui ensuite ne seront pas utilisées » –  dit Mark  » Je préfère une maison de taille modeste mais entourée par un grand jardin .  »

A fifties renovation in Los Angeles
Mark, a Harvard-trained landscape architect, bought the house of his dreams, a small villa of the 50s modernist style in Bel Air, a Los Angeles neighborhood surrounded by greenery, with a panoramic view of the Getty Center and nearby the Pacific Ocean .  A challenge that led him to reread the architecture of this period and led to a very attentive and respectful restoration of the original style. « I don’t agree with the choice of my neighbors who destroy the old houses to  build new houses  with a lot of rooms that are not used then » – Mark says « I prefer a small house but surrounded by a large garden. ‘

 

 

Source : At Casa

4
Poster un Commentaire

avatar
2 Comment threads
2 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
3 Comment authors
decomdMathildeMaryse Recent comment authors
  Subscribe  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Maryse
Invité
Maryse

Trop chouette cette maison et tout à fait d’accord avec ce monsieur… Avoir un jardin même petit, il n’y a rien de mieux et ça sert à quoi d’avoir des maisons avec des M2 à n’en plus finir… Personnellement je préfère les petits espaces qui sont plus chaleureux où l’on se sent bien chez soi 😉

Mathilde
Invité
Mathilde

Cette maison me fait penser à celle de Colin Firth, dans A single man. Doux parfum des fifties…